Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Joëlle Feral’

RELATIONS AFRIQUE – EUROPE

Débat organisé dans le cadre des UPPC lundi 18 mai au théâtre Dejazet.

La vedette de cette soirée d’échanges de références historiques, sociales politiques, n’était pas (seulement !) Ségolène Royal, ni même les grands témoins qu’elle avait su mobiliser avec un choix si judicieux, mais bien l’ensemble des  participants qui a pu dialoguer  et intervenir dans l’écoute attentive de tous, la parole libérée.

Beaucoup de simplicité, de respect dans ces interventions ; les postures idéologiques ou les problématiques concrètes ont été mises à jour au-delà des contradictions secondaires dans un langage universel : celui de la pédagogie attentive, du débat passionné mais amical, de la contradiction argumentée des convictions de chacun.

Nombre de ces sujets sensibles tels que l’esclavage, la colonisation, les conflits ethniques, le rôle des Etats, furent abordés sans tabous, sans détours ;  la réflexion de tous a pu progresser à la lumière des exposés des grands témoins réunis.

De l’échange sur les formes de coopérations bilatérales, se sont dégagées des propositions concrètes de fonctionnement, d’ajustement entre les nations et de concertation pour une meilleure réappropriation des projets et leur pérennisation.

On ne peut que plébisciter ces rencontres ouvertes, denses, conviviales, loin des étapes contre la montre où le journaliste abrupt (grossier) interrompt son malheureux invité pour des raisons de temps ou d’audience. Là, écoute et tolérance, même lorsque parfois l’intervention débordait de son sujet.

Beaucoup d’entre nous garderons ce moment privilégié, suspendu aux lèvres de la Fraternité.

 

Joëlle Féral DA Paris 15ème

mai 20, 2009

 

Biographie des intervenants

Elikia M’Bokolo

Né en 1944 à Kinshasa, ancien élève de l’Ecole Normale Supérieure, agrégé d’histoire, directeur d’études à l’EHESS, il est en France l’un des spécialistes les plus reconnus de l’histoire de l’Afrique. Il a également participé à la rédaction duPetit précis de remise à niveau sur l’histoire africaine à l’usage du président Sarkozy (La Découverte) dirigé par Adame Ba Konaré.

vidéo de Elikia M’Bokolo

Stéphane Hessel

Né à Berlin en 1917, résistant français, diplomate et ambassadeur, Stéphane Hessel a été l’un des rédacteurs de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. Il a notamment écrit Ô ma mémoire – La poésie, ma nécessité (Seuil, 2006) et Danse avec le siècle (Seuil, 

vidéo de Stéphane Hessel

Daniel Maximin

Né en 1947 à Saint-Claude (Guadeloupe), Daniel Maximin est romancier, poète et essayiste. Directeur littéraire aux éditions Présence Africaine de 1980 à 1989, nommé Chevalier de la Légion d’honneur en 1993, Chevalier des Arts et Lettres en 1995, il a organisé la célébration nationale du 150e anniversaire de l’abolition de l’esclavage. Il a été le maître de cérémonie de l’hommage à Aimé Césaire lors de ses obsèques le 20 avril 2008 à Fort-de-France.

Souleymane Bachir Diagne

Né en 1955 à Saint-Louis (Sénégal), ancien élève de l’Ecole Normale Supérieure, agrégé de philosophie, Souleymane Bachir Diagne est professeur de philosophie à l’université Columbia (New York). Comme philosophe, il s’est spécialisé dans l’étude de la logique et des mathématiques, de l’épistémologie, et des traditions philosophiques de l’Afrique et de l’Islam. Désigné par le Nouvel Observateur comme l’un des 25 plus grands penseurs du 21e siècle, il a participé à la rédaction de L’Afrique répond à Sarkozy (éd. Philippe Rey) dirigé par Makhily Gassama.

Achille Mbembé

Né au Cameroun en 1957, docteur en histoire à la Sorbonne en 1989, secrétaire exécutif du Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique (Codesria) Achille Mbembé est aujourd’hui professeur d’histoire de l’Afrique, de politique africaine et de sciences sociales à l’Université du Witwatersrand de Johannesburg. Il est l’un des créateurs du concept de « postcolonialisme ».

Jean-François Bayart

Né en 1950, Jean-François Bayart est docteur d’Etat en sciences politiques et directeur de recherche au CNRS, spécialiste de politique comparée, en particulier de l’Afrique. Membre du conseil scientifique de African Affairs, co-fondateur de la revue Politique africaine, consultant permanent au Centre d’analyse et de prévision du ministère des Affaires étrangères, enseignant à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris, Jean-François Bayart a également dirigé le Centre d’études et de recherches internationales (CERI) de 1994 à 2000. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur les sociétés politiques d’Afrique et du Moyen-Orient : L’Etat en Afrique (Fayard, 1989), L’Illusion identitaire (Fayard, 1996) etLe Gouvernement du monde. Une critique politique de la mondialisation(Fayard, 2004).

Alice Cherki

Née à Alger dans une famille juive, Alice Cherki a travaillé avec Frantz Fanon en Algérie, puis en Tunisie et participé activement à la lutte pour l’indépendance de l’Algérie. Psychiatre et psychanalyste, elle est notamment coauteur de deux ouvrages, Retour à Lacan ? (Fayard, 1981) et Les juifs d’Algérie (Editions du Scribe, 1987). Elle a publié plusieurs articles portant sur les enjeux psychiques des silences de l’Histoire. En 2000, elle a publié Frantz Fanon, Portrait (Seuil).

Catherine Coquery-Vidrovitch

Ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure, agrégé de l’université (1959), docteur 3e cycle (1966), docteur ès-lettres (1970), professeur émérite à l’Université Paris-VII-Denis-Diderot, Catherine Coquery-Vidrovitch est spécialiste de l’histoire de l’Afrique, notamment de l’histoire du concept d’impérialisme, de l’histoire du capitalisme en Afrique et de l’histoire des villes africaines. Elle a publié une vingtaine d’études comparées sur les pays du tiers-monde. Elle a également participé à la rédaction du Petit précis de remise à niveau sur l’histoire africaine à l’usage du président Sarkozy (La Découverte) dirigé par Adame Ba Konaré.

vidéo de Catherine Coquery-Vidrovitch

Lazare Ki-Zerbo

Né en 1965 à Ouagadougou, Burkina Faso, docteur en philosophie, Lazare Ki-Zerbo a enseigné à l’Université de Ouagadougou de 1995 à 1999. Chargé de mission à la Francophonie, membre du Mouvement des intellectuels du Burkina Faso, membre du Centre d’Etudes pour le Développement Africain (CEDA), il a également fondé le Comité International Joseph Ki-Zerbo. Ses centres d’intérêt et publications portent sur le panafricanisme, le fédéralisme et les relations entre mémoire et nouvelles technologies. Lazare Ki-Zerbo est le fils de l’historien et politique burkinabè Joseph Ki-Zerbo. 

Pierre Boilley

Professeur d’histoire de l’Afrique contemporaine à l’Université Paris-I Panthéon-Sorbonne, directeur du laboratoire CEMAf (Centre d’études des mondes africains, CNRS/Paris1/EPHE/U-Provence), Pierre Boilley a effectué de nombreux séjours en Afrique et au Sahara depuis 1979. Il a Co-publié avec E. Bernus, J. Clauzel et J.-L. Triaud, un ouvrage intitulé Nomades et Commandants(Karthala, 1993). En janvier 2008, à Bamako, avec d’autres intellectuels africains et européens, Pierre Boilley participe à la création d’un « comité scientifique de mémoire Afrique », en réaction au discours prononcé à Dakar en juillet 2007 par Nicolas Sarkozy. Il a également participé à la rédaction du Petit précis de remise à niveau sur l’histoire africaine à l’usage du président Sarkozy(La Découverte) dirigé par Adame Ba Konaré.

 

vidéo de Ségolène Royal

vidéo de Jean-Pierre Mignard

Publicités

Read Full Post »